Propositions d’Inria pour accélérer la transformation numérique de l’éducation

Dans le cadre des États généraux du numérique pour l’éducation, Inria, membre d’EducAzur, présente sept propositions pour répondre aux grands défis du numérique pour l’éducation. Des propositions étayées dans le livre blanc Inria « Éducation et numérique : défis et enjeux », à paraître fin novembre 2020. 

Enfants essayant un des ateliers du bus numérique

Atelier jeu intéractif

C’est dans un contexte de crise sanitaire, mettant en évidence d’importantes problématiques du secteur de l’éducation (fracture numérique, manque de moyens pour les enseignants, éthique du numérique, etc.), qu’Inria propose de nouvelles pratiques et innovations. Elles ont été déposées sur la plate-forme participative des États généraux du numérique pour l’éducation.

Si certaines de ces propositions ont une portée générale, d’autres visent plus particulièrement des acteurs de l’éducation, comme les enseignants, décideurs, médias, entreprises EdTechs, etc. Pour répondre aux grands défis du numérique pour l’éducation, les 7 propositions d’Inria sont :

  1. Développer des projets de recherche des sciences du numérique au service de la réussite scolaire
    • création d’équipes de recherche pluridisciplinaires et communes avec des entreprises, notamment pour l’étude de l’amotivation qui est l’une des causes premières de l’échec scolaire.
    • élaboration de programmes d’animation sur les sciences cognitives, les sciences de l’éducation et les sciences du numérique fondées sur l’intelligence artificielle, le traitement automatique des langues, la robotique, la réalité virtuelle/augmentée, etc.
  2. Développer des méthodologies rigoureuses pour l’évaluation du numérique éducatif
    • intégration d’une démarche d’évaluation dès la phase de conception.
    • développement d’indicateurs compréhensibles facilitant la prise de décision sur les outils EdTechs et leurs contextes d’utilisation.
  3. Passer à l’échelle dans la formation des enseignants
    • acquisition d’une culture et compétences numériques, dont la pensée informatique (computationnelle).
    • maîtrise des usages numériques pour intégration dans des activités d’apprentissage ; pour se doter d’un positionnement critique et éclairé face au numérique dans la société.
  4. Vers une « université citoyenne et populaire du numérique » apte à assurer la formation pour tous et pour toutes au numérique
    • création d’un espace de partage et de réflexion collective sur la pensée informatique tout au long de la vie.
    • mise en réseau des acteurs territoriaux ; identification des bonnes pratiques, labélisation des approches.
    • mise en place de formations en ligne ou hybrides certifiantes (comme PIX), au niveau local et national.
  5. Créer les conditions du développement et de la mise à jour de ressources éducatives numériques comme des biens communs
    • Renforcer la co-création (public-privé) et la création de valeur de ressources éducatives numériques réutilisables facilement tout en assurant leur pérennité.
  6. Garantir la portabilité des données personnelles éducatives et développer l’interopérabilité des solutions logicielles
    • création d’un dossier de formation personnalisé permettant à tout apprenant(e) de se réapproprier ses données d’éducation.
    • développement de solutions éducatives interopérables.
  7. Créer un observatoire des EdTechs neutre et agile
    • pour recenser des pratiques, des usages, de l’offre et de la demande dans le vaste champ de la formation, via une plate-forme Web dynamique. Il s’agit de cartographier, partager les contenus et ressources mais également de fédérer les acteurs, et enfin d’observer à l’échelle nationale des tendances.
    • mise à disposition des données consolidées du numérique éducatif afin d’avoir  un travail de synthèse de référence et de parangonnage. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.